La mission Jeanne d'Arc

La mission Jeanne d'Arc vient clore la formation initiale des officiers de marine. Conduite à bord d’un groupe amphibie constitué d’un BPC (Bâtiment de projection et de Commandement) et de sa frégate d’escorte, elle s’appuie sur un savoir-faire historique de l’École d’Application des Officiers de Marine, tout en faisant évoluer sa pédagogie pour l’adapter aux enjeux actuels qu’ils soient matériels (complexité des systèmes embarqués), budgétaires (réduction du nombre de jours de mer) ou humains (mise en place d’une pédagogie par projet et individualisation des parcours).

JDA

L’adage d’une mission « en promotion, loin, longtemps, en équipage et en opérations » reste la clé de la réussite de ce semestre si particulier dans la vie d’un officier de marine.

La mission « Jeanne d’Arc » constitue également la véritable mise en condition opérationnelle des officiers-élèves. L’enjeu de l’École navale dépasse la délivrance d’une formation, elle forme les officiers à leur premier emploi. Ce semestre leur permet de « tout » faire une première fois dans un contexte réel : celui d’un équipage en mission opérationnelle.

La mission « Jeanne d’Arc » permet d’acquérir une stature de chef militaire et d’expert en systèmes navals tout en prenant conscience des enjeux de la coopération interarmées et interallié.

Confrontant leurs perceptions avec celles d’autres futurs cadres militaires français ou étrangers concernés par le monde maritime, côtoyant quotidiennement les militaires du Groupe Tactique Embarqué, partageant lors des escales avec les diplomates et les communautés françaises expatriées, ils concrétisent le caractère global de l’action d’un officier de marine.